L'O.C.U.

L’Organisation pour une Citoyenneté universelle (O.C.U.) est une association de dimension internationale qui vise à promouvoir la liberté mondiale de circulation et d’installation des personnes. Dans ce but, elle délivre le passeport de citoyenneté universelle et appelle à la tenue d’une conférence internationale sous l’égide des Nations Unies sur la liberté de circulation.

Le passeport de citoyenneté universelle

Ce passeport sera délivré par l’Organisation pour une citoyenneté universelle. Les États qui reconnaitront sa validité permettront ainsi à leurs détenteurs de s’installer librement sur leur territoire, sans visa, et de bénéficier des mêmes droits sociaux et économiques qu’un citoyen national.

Des échanges avec certains Etats intéressés par le principe de libre circulation sont actuellement en cours. Une trentaine des personnalités (intellectuels, politiques, artistes…) issues de tous les continents, qui défendent la liberté de circulation et d’installation, a d’ores et déjà accepté d’être détentrice du passeport de citoyenneté universelle. La recherche de nouvelles personnalités est en cours. 100 passeports seront symboliquement remis en 2013.

Proposition centrale du Forum Social Mondial de Dakar de 2011, le Passeport de Citoyenneté Universelle deviendra ainsi avec le soutien d’Etats et de la société civile mondiale, un symbole et un outil de promotion de la liberté de circulation et d’installation.

Conférence des Nations Unies sur la liberté de circulation et d’installation

A l’instar de ce qu’elle produit déjà dans certains ensembles géographiques de la planète où elle est mise en œuvre, la liberté de circulation et d’installation est une perspective à même de contribuer à la paix, à un développement équilibré et soutenable, ainsi qu’à une justice politique, sociale et économique.

Comme pour la question de l’environnement, de la pauvreté, du développement ou de l’habitat, l’OCU appelle les Nations Unies à organiser une conférence internationale sur la liberté de circulation et d’installation. L’ONU est en effet la seule organisation à même de réunir autour de cet enjeu crucial pour des centaines de millions d’êtres humains, tous les acteurs politiques, économiques, sociaux et scientifiques internationaux concernés. La mise en œuvre progressive de la liberté mondiale de circulation et d’installation ne pourra s’affranchir d’un débat large et approfondi. Il est urgent d’engager une concertation internationale, dans un contexte où les échanges commerciaux se multiplient et où s’accentuent les dérèglements climatiques qui accroissent les mobilités humaines.

C’est dans cette perspective, et en référence à l’article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme, que l’O.C.U. sollicite les Nations Unies pour inscrire solennellement à l’ordre du jour de son Assemblée Générale une proposition de conférence internationale sur la liberté de circulation et d’installation des personnes.